6ème anniversaire : les messages d’Euskal Herriko Laborantza Ganbara par Michel Berhocoirigoin

PrintFriendly and PDF

LE 6ème anniversaire d’Euskal Herriko Laborantza Ganbara a été cette année encore une grande et belle journée. La grande salle n’a pas pu contenir tous ceux qui ont con-vergé à Ainhice Mongelos par un temps magnifique.
Après la victoire définitive au pénal et malgré quelques contentieux encore en cours, il est clair que nous voulons inscrire les perspectives de travail dans la durée. Des messages importants ont été exprimés qui situent bien Euskal Herriko Laborantza Ganbara comme acteur de l’agriculture et acteur du Pays Basque.
Tout d’abord, et cela était bien visible et lisible samedi dernier, c’est avec confiance que nous envisageons l’avenir. EHLG a toutes les opportunités pour être un acteur majeur dans l’agriculture du Pays Basque. Nombreux sont les partenaires qui comptent sur nous parce qu’ils savent que notre projet d’agriculture correspond aux caractéristiques de ce territoire; parce qu’ils savent également que nous sommes capables de nous attaquer à des dossiers délicats, dans le respect des paysans.

Une autre évolution est possible
Le deuxième message fort a repris l’objet mê-me d’EHLG: “L’agriculture paysanne”, seule capable de faire vivre nos fermes et nos communes. L’agriculture intensive et industrielle n’est, en fait, que du cannibalisme. Elle tente de se perpétuer par l’élimination permanente des plus vulnérables. Face à cette logique, seule l’agriculture paysanne et durable offre des perspectives. Par des systèmes de production économes en capital, en énergie, en pesticides, en engrais ou en eau, elle cherche à préserver une rémunération pour le travail paysan. Tout le travail déployé à partir d’Anhice et sur le terrain s’inscrit dans cette finalité de l’agriculture paysanne. Au moment où les vents contraires soufflent, poussés au nom de la compétitivité, du libéralisme et de la soit disant modernité, l’enjeu est capital: il ne s’agit pas simplement de faire de la résistance et de tenter de ralentir une évolution qu’on veut nous faire croire inéluctable. Il ne s’agit pas d’arriver avec vingt années de retard à la situation catastrophique dans laquelle se trouvent déjà bon nombre de territoires. Il s’agit de démontrer qu’une autre évolution est possible; qu’il y a une autre cohérence sociale, économique et technique; que l’agriculture paysanne est un projet global et durable. C’est la conviction que seule cette agriculture qui répond aux attentes de la société et donc qui a la reconnaissance de celle-ci, peut être attractive pour les jeunes. De là à passer à la politique d’installation des jeunes il n’y a qu’un pas qui a été évidemment franchi au cours de l’assemblée. La nouvelle situation où les ADASEA disparaissent au profit des chambres d’agricultures départementales est source de quelques inquiètudes. Pour Euskal Herriko Laborantza Ganbara, qui est un acteur important dans l’accompagnement des jeunes, la diversité des projets et la pluralité des structures de terrain est une richesse qui permet d’assurer la transmission du maximum d’exploitations. EHLG continuera à accompagner les jeunes qui le souhaitent et met en garde contre toute tentative de monopole ou d’exclusion dont l’agriculture souffre trop…

Nécessité d’un cadre institutionnel
Un autre message important mis en avant est celui qui est porté par l’appellation même “Euskal Herriko Laborantza Ganbara”. Elle pose la nécessité d’un cadre institutionnel propre à l’agriculture du Pays Basque, rejoignant ainsi la question plus globale mise en évidence avec la réforme des collectivités territoriales: quel est le cadre juridique qui permettra à ce Pays d’avoir la maîtrise de son destin? La création d’Euskal Herriko Laborantza Ganbara il y a 6 ans, était déjà le signe de cette nécessité. Aujourd’hui, la débat traverse l’ensemble des secteurs de la société. Il n’est pas imaginable que les choses ne bougent pas à ce niveau.
Les rapports exposés lors de l’assemblée et les interventions riches du débat ont montré que le champ d’action d’EHLG est immense, que les attentes sont grandes. Et, puisqu’il a été reconnu qu’il n’y a pas de confusion avec un établissement public, Euskal Herriko Laborantza Ganbara veut ajouter à une déjà longue liste de partenaires, le partenariat loyal et constructif avec l’administration.