Les aléas du M.A.E.

PrintFriendly and PDF

On savait les Espagnols mécontents du Rassemblement organisé le 15 juin à BIARRITZ en faveur des réfugiés et exilés.

Sur des bases incertaines, ils ont réactivé plusieurs Mandats d’Arrêt Européens (M.A.E.).

C’est ainsi que Jokin ARANALDE , 67 ans, vivant à Hélette, Beñat ATORRASAGASTI, 37 ans, à Urrugne, puis Aitor ZUBILLAGA, 36 ans, à SARE, ont été arrêtés courant juin par la police française.

Conduits à PAU, ils ont été rapidement remis en liberté, en attendant l’examen des requêtes… Il semble à ce sujet que les motivations et les informations fournies aux juges laissent à désirer. Un supplément de détails a été requis.

C’est également le cas pour «Susper», ancien responsable d’ETA. Le M.A.E. le concernant a déjà été examiné 3 (trois) fois par la Chambre de l’instruction de PAU : les 11 et 18 juin, et le 2 juillet. A l’audience du 9 juillet, si les renseignements demandés sont satisfaisants, on connaîtra peut-être la décision.