15 avril : PAC 2013, le grand rendez-vous de Laborantza Ganbara par Michel Berhocoirigoin

PrintFriendly and PDF

Le 18 novembre 2010, Dacian Ciolos, le commissaire européen à l’Agriculture a rendu publiques les propositions pour une réforme de la Politique Agricole Commune. Depuis, ce sujet capital pour l’avenir de nos territoires ruraux, fait l’objet de discussions et de débats intenses à tous les niveaux.
Euskal Herriko Laborantza Ganbara, dont l’un des quatre grands chantiers est le suivi des politiques agricoles ne pouvait pas être absent de cette actualité majeure. En effet, le type d’agriculture qui sera promu demain, et donc le niveau de soutien à l’agriculture paysanne dépendent largement des orientations finales qui seront retenues dès 2011, pour être mises en application à partir de 2013.
Ce 15 avril aura donc lieu à Ainhice Mongelos une table ronde de haut niveau. Tout d’abord, la proposition de réforme sera présentée par Jacques Le Cacheux, directeur de l’Observatoire français des conjonctures économiques (qui est le centre de recherche en économie de Sciences Po), et professeur d’économie à l’UPPA et à Sciences Po Paris.

Relocalisation de l’économie
Avant de donner la parole aux députés européens, quatre problématiques importantes seront soumises aux parlementaires:
l Celle des petites fermes sera posée par Marie Claire Leurgorri, au nom d’ELB. Pour la première fois dans une réforme de la PAC, les petites fermes sont explicitement citées comme bénéficiaires potentiels des mesures à mettre en place. ELB, depuis un an, mène un gros travail d’analyse et de proposition en faveur des petites fer-mes: il sera intéressant de voir comment cette problèmatique sera reçue.
l Viendra ensuite la question du lait de vache. L’Europe a décidé la suppression des quotas laitiers, c’est-à-dire la fin de l’adéquation entre l’offre et la demande. La conséquence directe est l’abandon d’un secteur stratégique, au libre marché. Cette évolution a déjà commencé à se faire et l’un des effets a été la chute du prix du lait en 2009-2010. Cette chute brutale avait provoqué un mouvement sans précédent: la grève du lait impulsée par l’APLI (Association des producteurs laitiers indépendants), coorganisée en Pays Basque avec ELB et suivie à 80%! Xabi Ilharramouno, au nom de l’APLI Pays Basque interviendra sur cette question.
l Jean-Pierre Grossier, président du CCFD Pays Basque (Comité catholique contre la faim et pour le développement) posera la nécessité de la souveraineté alimentaire comme fondement à partir duquel doivent être conçus les échanges agroalimentaires internationaux. Mais la souveraineté alimentaire, ce n’est pas que “là bas” c’est aussi “ici”.
l Le dernier thème sera abordé par Sylvie Barrans au nom du mouvement interrégional des AMAP. L’absurdité de la libéralisation des échan-ges et de la spéculation sur les biens alimentaires fait faire des milliers de km à un produit agricole entre son lieu de production, de conditionnement et de consommation. La crise énergétique et climatique amène un certain nombre d’acteurs à s’inscrire dans la relocalisation de l’économie et de l’alimentation. Les AMAP en sont une illustration.

Le Parlement européen
codécisionnaire
Le décor sera planté pour l’intervention des députés européens, qui, depuis que le Parlement européen est codécisionnaire avec les ministres de l’Agriculture, ont un pouvoir accru. Alain Lamassoure, président de la Commission des budgets sera interpelé sur les masses financières qui seront réservées à la nouvelle PAC ainsi que sur son approche quant aux propositions de réforme. José Bové, en tant que vice-président de la Commission agricole fera le point des débats qui mettent certainement en évidence les différentes conceptions de l’agriculture portées par les différentes sensibilités politiques. Enfin Stéphane Le Foll, ce breton spécialiste des questions agricoles pour le PS et vice-président du groupe socialiste au Parlement européen nous expliquera si l’orientation libérale des politiques agricoles européennes peut être redressée.
Les intervenants devront, à la fois répondre aux quatre interpellations précédentes mais également donner leur position et leur propositions sur la réforme de la PAC en discussion. Une bonne heure de débat animé par Pantxika Maitia devrait ensuite permettre à ceux qui le souhaitent d’intervenir librement.
La PAC concerne les paysans, mais aussi tous les citoyens. Tous ceux qui le souhaitent sont les bienvenus à Ainhice ce vendredi 15 à 13h45.

  • Berripapera



  • Enbata sostengatu

    Kioskoetan

    Enbata sostengatu ! 40€-tarik goiti hilabete guziz zuen gutun ontzian Enbata aldizkaria lortuko duzue.

    Harpide zaitezte / Sostenga gaitzazue

  • Gaika

  • Hitz-gakoak

  • Bideoak

    bideoak