Udalbiltza aske ! par Xabi Larralde

PrintFriendly and PDF

Le jeudi 20 janvier est tombée la sentence du procès d’Udalbiltza: relaxe pour tous les inculpés! Comme dans le cas d’Egunkaria, tous les accusés ressortent donc libres. On ne peut que s’en réjouir. Mais restent pour autant les traces laissées par plus de sept ans et demi de procédures. Ainsi, comment oublier pour certains la souffrance et l’angoisse accumulées; surtout quand on sait qu’avant la tenue
du procès, nombre d’inculpés ont passé plusieurs mois, voire plusieurs années en prison comme membres d’Udalbiltza? Comment oublier aussi la portée politique d’une procédure qui a traîné en prison et devant les tribunaux des élus, des maires pour le seul fait d’avoir mis en œuvre un programme —celui de la construction nationale— pour lequel ils avaient obtenu un mandat explicite de la part de leurs électeurs? Sachant en plus que toutes les décisions fondamentales dans la constitution et le fonctionnement d’Udalbiltza (statuts légaux, financements, etc.) se sont basées sur des délibérations de conseils municipaux, le procès d’Udalbiltza apparaît comme quelque chose d’hallucinant, qui n’a pas d’équivalent en Europe. Ce que je retiens d’abord de tout cela c’est la leçon de courage, d’humilité et d’humanité donnée par les inculpés. Je ne peux les citer tous ici, mais pour fixer seulement deux noms, je rappellerai que figuraient parmi les accusés des personnes comme Loren Arkoxa ancien maire d’Ondarroa ou comme Juankar Aldunzin, ancien maire de Pasaia, des communes qui ont des populations respectives de 8.000 et de plus de 15.000 habitants! Combien d’élus se-raient capables d’assumer comme eux et leurs compagnons d’infortune dix ans d’emprisonnement et plus au nom d’une dé-marche qu’ils considèreraient correspondre à l’intérêt supérieur d’Euskal Herria? Au contact de personnalités d’une telle envergure, Udalbiltza a représenté pour moi l’expérience militante la plus riche que j’ai jamais vécue. Riche d’abord du fait de la méthode de travail dont sont porteurs ces élus d’Udalbiltza, mais aussi les employés de la structure qui combinent deux vertus. D’un côté, un engagement abertzale à toute épreuve et une foi inébranlable en ce qui peut représenter pour certains une utopie irréalisable: la constitution du Zazpiak Bat. Et de l’autre, une compétence et une capacité d’écoute et de compréhension de ce que peuvent être les préoccupations pratiques et de la vie quotidienne des habitants du Pays Basque. Udalbiltza a aussi représenté une expérience militante extrêmement enrichissante du fait de la nature même des projets mis en œuvre. C’est par exemple Udalbiltza qui a donné naissance à des initiatives comme Euskal Curriculuma qui vise à homogénéiser les contenus pédagogiques enseignés dans les ikastolas sur l’ensemble du Pays Basque; ou à Gaindegia, organisme qui réalise des études statistiques à l’échelle des sept provinces. Dans le registre des actes concrets posés par Udalbiltza, il faut évidemment évoquer l’aide apportée aux différentes structures d’Iparralde: Seaska, euskal irratiak, Uda-leku, Arrapitz, etc. Enfin, parmi les nombreux chantiers ouverts, il convient de citer celui de la démarche «Xiberoa Garatzen» qui avait débouché sur la constitution d’un fond de 350.000 euros avec la mise en place d’un groupe de travail constitué de xiberutar et d’élus. Cette initiative avait pourtant suscité en Soule même un début de polémique rapidement dépassée par le biais d’une rencontre qui atteste, en elle-même, du potentiel d’Udalbiltza. Nous avions en effet organisé une réunion entre un des conseillers généraux souletin, le Président de la Communauté des communes de Soule d’alors, et le maire d’Arrasate de l’époque. Ce dernier se proposait d’organiser des contacts entre des responsables de coopératives de Mondragon et des entreprises souletines. Une initiative à peine entamée, que les tribunaux d’exception madrilènes ne nous ont pas laissé le loisir de développer. Aujourd’hui les élus d’Udalbiltza sont libres, mais la véritable victoire doit consister dans les mois et années à venir à redonner une nouvelle vie à cette démarche (que ce soit sous ce nom ou sous un autre), car Udalbiltza est, aujourd’hui plus que jamais, un outil d’actualité pour aller de l’avant dans la construction du Zazpiak Bat!