Artxikoak hitz-gakoen arabera Euskara


Gliss Eguna 2013 – Irailak 15 septembre – La Barre – Angelu


Baigorriko haritza

Jean Haritschelhar, euskal kultura mugimenduko aitzindaria ukan dugu mende erdi batez hurbil, gure gidari eta aterpezalea, bide berriak barnatuz, nagusiki Euskaltzaindian, Euskal erakustetxean, Unibertsitatean eta Ikasen, baina ez hor bakarrik, orokorkiago ere biltzar eta bilkura ezberdinetan.

Gorputzez bezain gora zen espirituz, eta beti baikor, beti jo aitzina, gutiz gehienetan umore onean, behar zelarik araberako bizitasun indartsuarekin. Haritza erori da, bizia ongi beterik. Horren arima bakean dabilela Nafarroako bortuen gaindi, eta esperantzaz bete gaitzala euskararen aldeko borrokan.


Sartze on baten errezeta

Sartze on baten egiteko beharko da indar egin!! Ekain undarrean sukaldea utzi ginuelarik egoera ez zen dirdiratsua, bainan bon oporrak ziren. Etengabeko larrazken, negu eta udaberri euritsu batzuetarik ateratzen ari ginen… Aireztatu behar ginuen.

Bainan orai agorrila bukatu da, berriz lanean hasi behar dugu eta egoera konfirmatu da…iguzkiak ez du deus konpondu.


Ikastola : la balle au centre

En organisant l’été dernier la rencontre Real Sociedad – Olympique Lyonnais, Seaska, la fédération des ikastola, avait renoué avec une vieille tradition. Il y a une trentaine d’années, en effet, Seaska avait pour habitude de proposer tous les étés un match de football professionnel afin de recueillir des fonds pour les ikastola.

Les billets du match Athlétic Bilbao - OGC Nice de ce samedi 3 août 18h00 à Saint-Jean-de-Luz sont en vente au prix de 10 € et 20 € à la librairie Elkar de Bayonne et à l’Office du tourisme de St Jean de Luz. Les bénéfices du match iront au lycée Etxepare, seul lycée d’Iparralde proposant un enseignement immersif en langue basque.


« Tout dire »

Le Pays-Basque est un pays en marche, une marche en avant certaine malgré la crise et qui possède, du moins au Sud, l’infrastructure nécessaire à son développement, y compris sur le plan linguistique avec la longue marche d’une “langue qui veut tout dire.”

Il n’en est pas de même au Nord, tout en reconnaissant des avancées certaines, comme l’acceptation que l’euskara soit langue d’enseignement.


Ne sois pas ridicule, apprends l’euskara

A l'occasion des Fêtes de Bayonne, l'organisation d'enseignement du basque pour les adultes AEK a sorti une vidéo sympa pour motiver les non bascophones à apprendre la langue basque.

Pour devenir euskaldun, voici une bonne adresse : www.aekide.net


Zilegitasuna legeztatu

3000 pertsonek ikastolen zilegitasuna legeztatzea aldarrikatu dute Baionako karriketan, larunbatean Seaskak deitutako manifestaldian.

Manifestaldiaren bukaeran, Paxkal Indo, Seaskaren eta Eskolim (ABCM, Bressola, Calandreta, Diwan Seaska) sarearen Lehendakariak François Hollande Lehendakariari igorritako mezua irakurria izan da. Ondoko egunetan Ikastolentzat lege baten lortzearen aldeko kanpainari buruz berri gehiago plazaratuak izanen dira.


Speak English, SVP !

L'introduction de la langue anglaise comme langue d'enseignement au plus haut niveau des universités françaises, prévue par la loi Fioraso, suscite chez les intellecteurs de l'Hexagone de la perplexité si ce n'est une réaction de rejet.

Nous, Basques, dont la langue est volontairement minorisée par cette même élite, nous observons la querelle, amusés et narquois.


Dénigrement

Qui mieux que les Basques peuvent refuser l’abaissement d’une langue maternelle par l’instillation d’expressions étrangères ? En expert, Jean Haritschelhar défend le bon usage du français.

"Le dénigrement est la base même de la politique politicienne, singulièrement utilisé par les oppositions, qu’elles soient de droite ou de gauche selon les résultats des diverses élections. On ne fait pas dans la nuance, on cogne, on veut avoir verbalement le dessus, triompher, mettre l’adversaire à terre.(...)En un mot, le “bashing” ou encore le “dénigrement” marque l’absence ou le renoncement à la démocratie. "