Paxkal Indo


“Kosta ala kosta segituko dugu prefosta!”

Segituko dugu Akademia Ikuskari bat Ipar Euskal Herriarentzat aldarikatzen. Alabainan, Hezkuntza Ministerioko Akademiako zerbitzuen zuzendariak nahi ez duen Hitzarmen bat baino gehiago, Ipar Euskal Herriko hezkuntzaren antolaketak, Akademia Ikuskari propioa behar du, euskal hezkuntzaren beharrei erantzuteko eta ahalez euskalduna. Lurraldea antolatzen ari da azken urteotan. Hizkuntza politikari erantzuteko Euskararen Erakunde Publikoa sortu da, Lurraren antolaketa kudeatzeko EPFL egitura sortu da, Ipar Euskal Herriko herrien artean Euskal Elkargoa sortu ondoren, Hezkuntzan ezin dugu orain arte bezala segitu Pirinio Atlantikoetako antolaketarekin. Ipar Euskal Herriak berezko Hezkuntza antolaketa behar du.

"M. le Directeur Académique... cela fait des mois, des années maintenant que l'on vous explique que nos inscriptions sont plus fiables que vos prévisions et que l'on essaie de vous convaincre que le nombre d'enseignants doit être calculé au cas par cas, classe par classe, ikastola par ikastola... et non calculés par je ne sais quel algorithmes mathématique... Quel drôle de choix de société avons nous fait... Nous cédons la compétence de l'éducation à des comptables de Bercy... Vous vous en accommodez, et vous voulez nous faire croire que c'est très bien comme ça... Nous ne céderons jamais l'avenir de nos enfants à ceux qui pensent la vie en n'y voyant que dépense, à ceux qui croient que l'éducation est un coût.."(...)


Gaur so eginen diogu geroari!

Herri Urrats egunean - Iparraldean, demografia apaltze bat ezagutzen dugu urte hauetan, eta beste sareetan haurren kopurua jautsiko delarik, Seaskak heldu den ikasturtean, berriz ere aurten baino 150 ikasle gehiago izanen ditu ikastoletan. 3 500 ikasletik goiti beraz.

Eta azken urteotako hazkundeari so egiten badiogu, 2030 urterako 6 000 ikasleren heina gaindituko dugu. Ez da ameskeria, jadanik ama ikastoletan hasiak diren haurrek ibilbidea bururatuko dutenean izanen den ikasle kopurua baizik.


Le mépris des jacobins…

Pour les langues régionales l'année 2015 avait plutôt mal terminé, les sénateurs de l'opposition enterrant définitivement tout espoir de voir un jour ratifiée la charte européenne des langues régionales et minoritaires. Le candidat Hollande avait promis la ratification de la charte, le président a créé le contexte de son rejet définitif par les sénateurs. La nuit du 14 janvier dernier les députés ont rejeté un texte qui aurait permis de mener localement les politiques dont nos langues ont tant besoin.

Pour la langue basque, après le rendez-vous manqué du contrat par les élus territoriaux, un nouveau petto des députés du Pays Basque... Il faudrait que les actes soient à la hauteurs des engagements pris... Le temps n'est plus aux discours mais aux actes concrets.


“Lurralde Kontratua, Euskararen aldeko Kontratu Sozial berria izan behar da”

Urtero bezala, Herri Urratsen 32. edizio honen hitzaldien mementoa urte osoan ikastolen inguruan izan diren gertakizunei behako bat emaiteko unea da.

Eta beste behin ere ikastolentzat urte zaila izan dela ezin uka.


Ziburu : trop c’est trop !

Samedi prochain, nous avons rendez-vous avec l’Histoire à 16h00 à Ciboure. Des milliers de voix pour un simple message : IKASTOLAK EZ HUNKI !

Un message au maire et à son conseil municipal ainsi qu’à tous ceux qui seraient tentés de s’attaquer aux ikastola et aux enfants de ce pays. Le Pays Basque tient à sa langue, les Ziburutar veulent une ikastola à Ciboure. A samedi.


Gobernuak Parisen hitz ederrak, Euskal Herrian egurrezkoak…

Gobernuak Parisetik hizkuntz minorizatuen aldeko hitz ederrak hedatzen zituen bitartean, Euskal Herrian egurrezko hitzak nagusi. 2014 urtean omen gira, baina begiak istant batez itxiz, ikastolentzat 1984 urtera egin dugu gibel. Sekulan manifestaldi batetan partehartu ez zuten familia osoak, buraso, aitatxi amatxi eta seme alabak ikusi ditugu karriketan, XXI. mendean euskaraz ikasteko eskubidea defendatzeko.

Heldu den ikasturtean, aurten baino 200 ikasle gehiago izanen ditugu ikastoletan. 3 000 ikasletik 3 200 ikasle baino gehiagora eginen dugu jauzi. Ama ikastolatik lizeoraino, Ikastola guzietan izanen dugu hazkundea berriz ere. Egin ditugun kalkuluen arabera, haur bat aterbetzeko 10 000 euro behar dira inbertsiotan. Hots, hemendik irailera 2 milioi euro gehiago atzeman beharko genituzke. Norbaitek uste al du Herri Urrats bezalako egun batean halako diru zama bat ateratzen denik?


“De qui se moque-t-on ?”

Environ 400 manifestants ont répondu à l'appel de Seaska ce samedi 1er février en se mobilisant à 16h00 devant la Sous-Préfecture de Bayonne contre les différentes mesures préfectorales s'attaquant aux aides apportées par les communes aux ikastola et pour demander une "loi pour les écoles immersives".

"Monsieur Pierre André Durand, si vous faites une circulaire pour dire ce que l’on sait déjà, pour restreindre encore plus le cadre restrictif, vous pouvez vous abstenir. Nous n’avons pas de temps à perdre. Dites-nous plutôt quelle solution pour Hendaye ? Quelle solution pour Briscous ?" mentionnait Paxkal Indo, Président de Seaska, dans son discours qu'Enbata.info s'est procuré.


Ikastola Herri Eskola baita!

"Ikas'talo", abenduaren 28an Seaskak antolatu duen "mani'festa" arrakastatsua izan da. Milaka mobilizatu dira ikastolen oztopoak salatuz eta lege bat ikatolentzat aldarrikatuz.

Jende guzia aterbetzeko sobera ttipia gelditu den Baionako elkartetxeko ezohizko ekitaldi hori euskararen bizirik atxikitzeko eta Estatu frantsesak betidanik ezartzen dituen oztopoen gainditzeko buraso, languntzaile, musikari, artista, etab. guziek urteetan zehar bolondres gisa eskaini behar dituzten lan ordu andanen lekuko izan da.


Milesker Patxi !

Réponse à Patxi Bergara suite à l'article «Finançons nos ikastola !». Tu l'as bien noté, en effet on a beaucoup parlé de Seaska à cette rentrée, et les élections approchant l'instrumentalisation de la question va encore aller grandissante...

Seule Seaska propose l'immersion, la seule pédagogie vraiment efficace sans l'aide d'une transmission familiale partielle ou totale. Nous aurions eu le choix si le service public proposait des établissements en immersion... Mais on ce n'est pas pour tout de suite ! Vu la difficulté qu'il y a à ouvrir de simples classes bilingues à parité horaire ! L'éducation est une compétence régalienne en France, et l'acte III de la décentralisation permet de centraliser un peu plus l'Etat le plus centralisé d'Europe...