“Une collectivité pour nous prendre en main et recentrer l’action publique”

PrintFriendly and PDF
  • PaxkalIndo1-2
  • PaxkalIndo2-2

Enbata.info : Alors qu’on vit une crise multiple (économique, sociale, écologique, etc.) sans précédent, pourquoi vous mobilisez-vous pour une Collectivité Territoriale ?

Paxkal INDO : «Parce qu’en ces temps de globalisation de l’information, de la distribution, de la production, le local est la meilleure réponse ! Pas comme un repli sur soi, pas comme un réflexe passéiste, mais comme un projet de relocalisation. Relocaliser c’est être soi dans le monde, sans le subir et en y participant sans surconsommer.»

Enbata.info : Comment montrez-vous ou expliquez-vous  à la population l’intérêt et l’urgence de cette revendication ? Bref, quel angle chaque citoyen pourrait utiliser pour aborder le sujet avec “ses voisins” ?

Paxkal INDO : «Parce que pour une fois nous avons une occasion de nous prendre en main. La collectivité territoriale Pays Basque c’est tout simplement une opportunité d’organisation à taille humaine. C’est un recentrage de l’action publique sur ce qu’il y a d’essentiel, l’autre, le prochain, le voisin justement.»

Enbata.info : Pourquoi et comment êtes-vous arrivés à travailler ensemble via une Coordination Territoriale ?

Paxkal INDO : «Je ne crois pas que le “travail ensemble” se soit joué à ce moment-là… Je crois que la partie la plus intéressante du travail a été lorsque nous avons travaillé les compétences… J’ai eu la chance de travailler en photographie à l’époque de l’analogique… Après avoir passé le cliché et le papier sensible à l’agrandisseur on plongeait la photo dans un bain de révélateur… et là, la photo apparaissait comme par magie, petit à petit dans le bain… J’ai eu la même impression lors du travail sur les compétences… Le cliché parlait de compétence et cela nous a révélé le seul outil possible : la collectivité territoriale à statut spécifique.»

Enbata.info : Pourquoi se mobiliser le 1er juin ? L’idée c’est de contourner le fatalisme du type “Comme on “ne peut attendre le miracle sur la Collectivité Territoriale”, la mobilisation ne risque-t-elle pas de paraître “une course pour une vaine chimère”"

Paxkal INDO : «Je n’attends pas de miracle d’une république laïque, je n’ai jamais cru au miracle en politique non plus… Ici nous pouvons mesurer le travail long et minutieux de la socialisation d’une idée. Le militant que je suis a toujours rêvé de ça… Cela fait longtemps que je suis persuadé qu’une reconnaissance du Pays Basque nous fera tous progresser… Quant à la chimère… Le ministre de l’intérieur est le premier à s’y accrocher… Alors que traversons une crise sans précédent, il y a ici un projet qui par sa seule dynamique peut renverser en partie les choses… Le partage, la mutualisation, l’échange, les économies d’échelles sont dans ce projet une réalité ! Comment peut-on s’opposer à une telle dynamique ? Pourquoi s’opposer à un collectif qui n’a qu’un désir celui d’avancer ensemble ? Il est clair qu’ici l’ambition personnelle et l’intérêt “national” personnel passe avant l’intérêt général du Pays Basque.»

Paxkal INDO, Président de Seaska, la Fédération des écoles immersives en langue basque.