On a gagné !

PrintFriendly and PDF

DeRugyÇa y est ! On a gagné ! J’avais bien écrit qu’il n’y aurait aucun problème pour remplacer Nicolas Hulot à l’écologie. Ça s’est fait en un tour de main. Et le nouvel élu, un écologiste vrai de vrai, s’est mis tout de suite au travail : il est venu rendre visite aux bergers Pyrénéens avec la bonne nouvelle : deux nouveaux ours vivront en leur compagnie. Huit jours après les plantigrades galopaient sous les hêtres. Les écolos parisiens ont sablé le champagne. Voilà réglé un problème essentiel pour l’avenir de la planète.

Avant l’arrivée des ours, nous apprenions que pour la première fois de son histoire, le Pic du Midi venait de passer plus de cent jours sans gel ! Mais la nouvelle n’est pas encore rendue à Paris. Ça chauffe ! La disparition de nos derniers glaciers est prévue pour 2050-2070. A moins que l’introduction de quelques ours blancs venus du pôle ne permette à nos glaciers de résister. De super cerveaux formatés dans les grandes écoles travaillent la question nuit et jour dans le cadre du CNRS. (Encore des créations d’emplois, soit dit en passant.)

Sinon, conséquence positive, les enfants que je vois chaque jour à la porte de l’école du Grand Bayonne, pourront passer leurs vacances dans les hôtels que l’on ne manquera pas de construire là-haut pour le plus grand bien de la croissance des BTP et du tourisme.

La fonte des glaces ne régulera donc plus le débit de nos fleuves en été. Rentabilité oblige, les agriculteurs seront contraints de construire de nouveaux lacs de retenue pour le plus grand bien de la croissance des mêmes BTP.

Seul problème : l’étiage sera-t-il assez haut pour autoriser l’arrosage des pelouses et des massifs de fleurs du BAB ? D’autant plus que l’urbanisme aura pénétré profondément dans l’intérieur du Pays Basque ! Selon les dernières projections, les Landes de Hasparren où paissent encore moutons et pottoks, seront pour lors entièrement couverts de HLM et de résidences secondaires. Pas mélangés bien sûr : les premiers dans les bas fonds, les seconds sur les hauteurs. Les agriculteurs, chassés. Privés de vaches, cochons et couvées les derniers mohicans ne fourniront sans doute plus assez de jardiniers de la nature, mais on pourra enfin accueillir dignement les milliers de subsahariens obligés de quitter leurs pays : le réchauffement climatique n’y trouvant pas de glacier à fondre, s’en prend là-bas aux terres arables et les désertifie, assurant la croissance du Sahara. On ne peut arrêter le développement.

Le nouveau ministre écolo ne pourra pas, plus que son prédécesseur, empêcher la mise en marche des deux nouveaux laminoirs sur les bords de l’Adour, si utiles à la réélection des élus. Ni la construction d’immeubles, résidences secondaires et autres cubes de béton : à Bayonne, pour connaître trois générations de Halles il a suffi d’un demi siècle. De 40 ans pour l’espace « La Monnaie-Gouverneurs » , encore moins pour la Place du Château Vieux, où l’on replante des arbres tout neufs en remplacement de ceux que l’on vient d’y abattre , etc. Mais promis, il n’y aura pas de quatrième fois : la terre sera devenue invivable avant une quatrième génération.

P.S. - A propos de ministre, est-il vrai que pendant la vacance, tous les médias ont jeté leur dévolu sur un homme politique célèbre depuis mai 68. Il y a un an ou deux il avait déjà défrayé la chronique. Il doit y avoir prescription. Il aurait écrit dans sa jeunesse :”Il m’était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais : ‘Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi m’avez-vous choisi, moi, et pas d’autres gosses ?’ Mais s’ils insistaient, je les caressais quand même. On me prenait pour un perverti.” Je dois être mal informé. La presse aurait unanimement crié au scandale comme elle l’aurait fait, à juste titre, si le Pape avait pensé nommer évêque, un prêtre connu pour avoir écrit les lignes ci-dessus. Comme elle l’a fait, les mêmes jours, et à non moins juste titre, pour les prêtres pédophiles au Chili ou en Allemagne il y a 70 ans. Comment oublier la pétition de l’an derner en faveur de Polanski condamné pour pédophilie et nommé président de l’Académie des César, soutenu par des Isabelle Adjani, BH Lévy et autres Bertrand Tavernier. Et je pourrais allonger la liste. La pédophilie est un mal en soi, à cause du mal subi par les enfants. Indépendamment de la personnalité des coupables.