Kataluniako egoera ulertzeko parada

PrintFriendly and PDF

KataluniaOstiralean, urtarrilaren 26an, 19:00tan EH Bai-ek Uztaritzeko Lapurdi gelan antolatzen du mintzaldi publiko bat Kataluniako egoera ulertzeko. Eduard LOPEZ (ERC-eko idazkari ordea), Mireia BOYA (CUPeko diputatu ohia) eta Jordi VERA (PDeCAT-etik) hor izanen dira beren lekukotasunen emaiteko. Konferentzia frantsesez izanen da, sartzea urririk delarik. Izena emaitea [email protected] gomendatua da. Azken hilabeteetan, Katalunia aktualitatearen lehen lerroan egon da. Joan den urriko erreferendumetik abenduko hauteskundeak arte, egunez egun segituak izan dira 7,5 milioi biztanledun herri hortarik etorri berriak. Jarraian atxemanen dituzue hitzaldiari buruzko xehetasunak, bai eta ere Enbata.Info-n Kataluniako prozesu soberanistari buruz argitaratu hainbat artikuluren loturak.

Kataluniako egoera hobeki ulertzeko eta ondoko hilabete eta urteei begirako perspektibak aipatzeko EH Bai-ek hiru arduradun politiko gomitatu ditu:

– Eduard LOPEZ (ERC)
– Mireia BOYA (CUP)
– Jordi VERA (PDeCAT)

Mintzaldia bi hizkuntzetan izanen da (euskara-frantsesa), hizlarien partea frantsesez. Sartzea urririk da, baina gomendatua da tokiaren atxikitzea izena emanez telefonoz 05 59 25 50 98 edo mezu honi erantzunez [email protected] helbidean.

Bilkuran parte hartu aintzin hara zonbait irakurketa lagungarri :

Comment les indépendantistes en sont arrivés là (Ellande Duny-Pétré). Le référendum du 1er octobre ne tombe pas du ciel. Il est le fruit d’une longue mutation politique qui affecte l’abertzalisme catalan tout entier.  Il y a quinze ans, les abertzale catalans étaient réputés pour leur sens du dialogue et leur modération. Eux au moins étaient fréquentables. A l’inverse des Basques, violents et jusqu’au boutistes. Jordi Pujol vice-roi d’Espagne contre Arzallus le cynique, de mèche avec ETA. Aujourd’hui, les rôles sont inversés. L’évolution catalane est le résultat d’une série d’expériences, de démarches et d’événements qui ont totalement changé les sensibilités et le panorama politique du pays comme celui de l’Espagne. (…)

Suite des élections régionales du 21 décembre imposées par le gouvernement espagnol“ (Ellande Duny-Pétré).  Les partis espagnolistes ne parviennent pas à renverser les indépendantistes catalans. Le premier ministre Mariano Rajoy sort essoré de ce scrutin mais maintient la pression judiciaire et son refus de négocier sur les modalités de la sécession ou d’une souveraineté partagée. Carles Puigdemont exilé souhaite être élu fin janvier par la majorité de son parlement.  Faute de réponse politique sérieuse, le conflit historique rebondit et va empoisonner la vie politique de l’État espagnol pendant des années. (…)

“Construire de la base ce que le sommet refuse : Partie 1 et Partie 2 (Txetx Etcheverry). Quoi qu’on puisse penser de l’indépendance de la Catalogne, le “proces” (processus) catalan est quelque chose de passionnant à étudier pour tout(e) militant(e) progressiste et démocrate. Dans la première partie de l’analyse de ce processus Catalan, cas d’école unique, qui est celui de la construction d’une communauté de destin, pas celui d’une affirmation identitaire réactionnaire, essentialiste. Dans la seconde partie de l’article on trouve l’analyse la construction de cette stratégie qui a suscité une véritable lame de fond, et les ingrédients qui lui ont donné vie.